dimanche 23 août 2009

Silence...

J'espère que ce billet ne me fera pas mentir et que silence toujours il y aura.

J'habite en plein coeur de Paris. Autrement dit le cauchemar pour les habitants de ma région de naissance: le bruit, la foule, l'agitation. Sauf que, cet appartement est le plus calme que j'ai jamais habité. Il y a pourtant des voisin-es dessus, dessous, à coté. Et rien. Mis à part le pianiste du dessous qui continue de massacrer Bach et Satie (mais que je n'entends que du salon, pas de la chambre).
Ca risque de me manquer aussi quand je ne serai plus là: un appart en pleine ville et sans aucun bruit, c'est pas très commun.

Dans le patelin où je suis née il n'y avait rien: pas de cinéma, pas de salle de spectacle, pas de centre culturel, pas de centre sportif (le cours de danse avait lieu sur la commune voisine). Mon village c'était une grande église avec autour un boucher-charcutier, une boulangerie, une droguerie...et...une cité HLM.
J'ai porté des boules Quiès dès l'âge de 4 ans. Entre le bébé du 3eme qui hurle jour et nuit, le retraité du 5eme qui est un peu dur d'oreilles et fait profiter du son télé la cité HLM + la commune + les envirrons jusqu'à des kilomètres, le voisin du dessous qui tabasse sa femme et qui lui a même tiré dessus un jour, vous comprendrez que mes nuits de petite fille furent assez troubles et agitées.
Nous sommes ensuite parti-es dans une ville un peu plus accueillante. Et pour cause! Soirées barbecue avec sono chez le voisin d'en face, même en hiver! sans compter les chats de la voisine qui avaient élu comme terrain de combat notre petit jardin.
Ensuite j'ai vécu dans plusieurs studios et appartements: bruits de la rue, cour intérieure abritant l'atelier d'une boulangerie (bonne odeur de pain chaud mais bruit des fours à 4h du matin), oiseaux matinaux qui chantent sur les fenêtres...

Bref, je crois bien avoir entendu tous les bruits possibles et imaginables! Sauf ici, à Paris. Rien de la chambre. La fenêtre donne sur une cour intérieure plus que calme. Ca m'a limite fait peur quand je suis arrivée car si je n'aime pas le bruit, je n'aime pas vraiment le silence complet. J'aime bien sentir un peu de vie autour de moi. Sinon autant aller vivre en ermite.
Je ne sais pas si je retrouverai un tel calme alors j'en profite au maximum. Je le savoure.

2 commentaires:

flashmarion a dit…

Le silence, c'est un tel luxe!

J'ai vécu 4 ans dans un appartement avec un voisin fou de reggae. J'en ai encore des sueurs froides...

(Quant aux deux cas que tu évoquais plus bas expliquant en partie ton indignation quant à la France, ils sont, en effet inadmissibles. Contente de voir que l'on peut encore communiquer normalement avec des êtres intelligents!)

Alice a dit…

Pour ça, je me rends vraiment compt de ma chance. C'est clair que je ne retrouverai pas ça. Un luxe comme tu dis.