mercredi 3 novembre 2010

Le buzz est-il toujours bénéfique?

"Parlez de moi! En bien ou en mal mais parlez de moi!" Entend-on souvent.
Et bien je ne suis pas forcément d'accord. Enfin cela dépend du résultat escompté.

Si on ne recherche que le buzz pour le buzz, ok. Mais le buzz pour le buzz? Ca sert à quoi? Le but n'est-il pas de promouvoir ou de discréditer un produit, un service, une idée, etc?
Dans ce cas, produire du buzz en choisissant d'être ouvertement raciste, sexiste, homophobe, insultant est-il productif? je veux dire positivement productif?

Prenons pour exemple la nouvelle campagne de l'agence de com, l'agence H, filiale de Havas et qui propose un tournoi de Poker pour recruter un-e stagiaire.
Au fait que cette annonce soit pobablement illégale en matière de droit du travail s'ajoute un élément d'une misogynie sans nom:
"Sur une des deux annonces publicitaires de cet événement, une candidate stagiaire au décolleté profond présente ses fesses au recruteur avec cette invitation « misez sur une autre paire ». Bien sûr c’est du second degré, diront les joyeux publicitaires… Qu’en pensent les nombreuses victimes de harcèlement sexuel ? Qu’en pensent les jeunes stagiaires à qui l’on fait comprendre que leur embauche sera conditionnée par une certaine forme de « gentillesse ». Qu’en pensent celles à qui un chef a dit un jour « tu devrais t’habiller plus souvent en mini-jupe », ou « approfondir tes décolletés » ? " A lire sur les Nouvellesnews

Misogyne, anti-jeune (les stagiaires sont les étudiants en fin d'étude et donc souvent jeunes et considérés comme serviables à merci) et irrespectueuse. Depuis quand des études supérieures se soldent-elles par des tournois, quels qu'ils soient? Quel sérieux!

Moi, ce genre d'annonce a pour effet de me faire retenir le nom de la boîte, certes. Mais pas pour en vanter les mérites, pas pour aller me renseigner plus sur ce qu'elle fait, pas pour m'intéresser à elle mais pour l'éviter et pour me tourner vers une de ses concurrentes.

Tout comme le cantal. Maintenant pour moi, le fromage d'Auvergne c'est F.I.N.I alors que j'étais plutôt bonne consommatrice. Il aurait sans doute mieux valu que le Cantal soit plus discret et plus respectueux de la moitié de l'Humanité pour que je continue à consommer. Moi et d'autres parce que quand on retire la censure autour du féminisme, on s'apeçoit que l'on n'est pas seul-e à trouver le fromage indigeste.

Si on met de coté cette mode du "je choque à tout prix", le jeu en vaut-il bien la chandelle? Attention au retour de bâton.

3 commentaires:

Emelire a dit…

je suis +++ d'accord avec ce que tu écris. Et justement j'ai été amenée par les récentes manière de communiquer de la pub, à me poser la question. Devons nous répondre finalement à l'offre qui nous est faite par les pubeux sexistes ... de participer au buzz. Et ma réponse est : OUI. Nous y répondons non sur leur injonction, mais sur NOTRE initiative, afin de lutter contre le sexisme. On leur renvoie leur arme du ridicule en faisant changer le ridicule ou la honte de camp. Ainsi leur buzz est contre productif. Comme toi, je ne consomme plus de fromage d'Auvergne et pourtant j'avais presque toujours du St Nectaire AOC chez moi, et du bleu ou mieux de la Fourme d'Ambert quand j'invite. C'est f.I.N.I. aussi !
De toutes façons les gens en ont marre de la pub, je l'ai lu car les agences marketing cherchent à connaître l'impact de leurs annonces et il s'avère que les gens sont complètement saturés. Ce à quoi répond le Buzz : marquer malgré la saturation ... sauf que comme tu le l'exprimes bien, on peut se faire remarquer en mal aussi (parce que la pub est sexiste : même les gens qui ne sont pas féministes sont lassés car ces pubs sont répétitives, il n'y a rien de drôle ou de créatif, on a l'impression d'un abrutissement ou d'un lavage de cerveau !!!)

Chez Héloïse a dit…

Ca me fait penser au buzz Orelgland que nous avons créé malgré nous. Certains nous ont rétorqué qu'on lui avait fait de la pub et c'est vrai, il a vendu plus de disques. Mais, en même temps, il est désormais associé à la misogynie la plus crasse. Arte l'a pris en exemple à propos de son docu sur le rap sexiste, par exemple. Il s'en est mis plein les poches mais, franchement, à quel prix ? Passer pour une icône machiste, c'est pas reluisant et ça va lui coller aux basques un paquet d'années.

Alice a dit…

Emelire, la fourme d'ambert je m'en faisais de ces ventrées! Le pire ou le mieux c'est que je ne m'en prive même pas. Rien que d'entendre le nom de ces fromages j'ai les images de la campagne avec la femme qui devient bleue (tiens tiens et le bleu d'Auvergne dans tout ca justement) et qui finit à la morgue. Impossible de ne pas gerber ce fromage.
Et puis c'est clair que pour en arriver à chercher le buzz de cette manière il faut que les pubeux soient sacrèment à la dèche. Tant pis pour eux, pour trouver les idées qu'ils ont, je n'ai aucune compassion pour eux et elles.

Chez Héloïse, à moins qu'ils/elles soient maso, je ne vois pas l'intérêt moi non plus à être assimilé à un sale macho, raciste, homophobe, etc.