jeudi 19 janvier 2012

On savait que les français sont nuls en anglais mais à ce point...

Misogyne ET raciste: voilà ce qu'est le clip officiel pour My French Film Festival qui envahit les pubs de TV5 Monde en ce momment.

Pour voir le clip c'est ICI.

J'ai beau regarder dans tous les dico d'anglais, le mot "smart" n'a pourtant normalement rien à voir avec les termes de "prostitition" et associer le mot "smart" à la prostitution et à la France je trouve ça d'un sexisme et d'un racisme anti-français-e sans nom. Parce que, à votre avis, que représente la dernière scène?
Faut pas s'étonner que certains étrangers considèrent les françaises au mieux avec pitié: Oh ma pauvre, on sait bien que vous avez été les dernières à avoir le droit de vote! (entendu par moi-même à plusieurs reprises. Il semble que seuls les français et même les françaises l'ait oublié), au pire avec mépris. Allez, des exemples en vrac?
"Je préfère les françaises, vous savez satisfaire un homme. Les filles ici sont trop libres et indépendantes."
"Toi tu es une pro de naissance alors?"
"Oh, une fille de luxe!"
"Voulez-vous coucher avec moi" (rabâcher jsuqu'à plus soif et souvent même à la place du bonjour enchanté quand on vous présente à quelqu'un.

Bon j'arrête là.

On sert sur un plateau d'argent et comme un fait absolu que la France est le pays des bordels chics et que les femmes sont des putes par nature.

Je suis en colère! Un bordel ce n'est jamais "chic". C'est le comble du sordide. Et la française que je suis vous méprise au plus haut point, messieurs et peut-être mesdames "géniaux" producteurs de ce sac à vomi.

19 commentaires:

Euterpe a dit…

Trop vrai ! Combien de fois j'a entendu ""Voulez-vous coucher avec moi" ! C'est à cause du clip de Christina Aguilera ; c'est la seule phrase de francais que les non francais comprennent ! Avec ce film, il faut renforcer le cliché, du coup.
Mais il faut dire qu'avec la déferlante sexiste de nos zhômes en France lors de l'affaire DSK avec BHL et Consort qui ont fulminé contre l'Amérique trop prude, trop puritaine, qui ne sait pas ce que c'est que l'amour (cf. Pascal Bruckner) ils nous ont juste fait passer pour des pauvres cloches qui ne demandent qu'a se faire utiliser, ces abrutis !

Emelire a dit…

Remarque ce qui me rassure c'est que ça fait vraiment 'cheap' comme production, ringard... on sent le petit budget nul quoi, et... sans idée originale ou comique, c'est très français, c'est fou comme les trucs français font nuls, vieillot... :o(

Hypathie a dit…

C'est dingue ce film publicitaire que je ne connaissais pas. Tu as raison, c'est de la pure diffamation des françaises, ce clip. L'assommoir culturel destiné à péjorer, diminuer les femmes est plus que jamais à l'oeuvre. Et si je comprends bien, c'est destiné à promouvoir le cinéma français ! Pas très smart.

Alice a dit…

Euterpe, en effet c'est la chanson du film mais je ne suis pas certaine que cette chanson aurait pu contenir ce texte ou du moins aurait eu un tel "succès" si les français-e-s ne se prêtaient pas à ce "jeu".
Les femmes, d'où qu'elles soient, sont des salopes en puissance. Combien de fois ai-je entendu lors de conversation entre universitaires et doctorants lors de soirée tout à fait banale des remarques sur les polonaises, les scandinaves, les italiennes! Le truc dingue c'est que avant de dire quelques absurdités salaces sur les polonaises (ou italinnes ou suédoises ou autres) ces bitards faisaient gaffe à ce qu'aucune de nous ne soit polonaise (ou autre) sauf pour les françaises. Au contraire, on aurait dit que ce qu'ils n'osaient pas dire devant une fille d'une autre nationalité (car ils voyaient peut-ètre un peu quand même le coté insultant) ils se délectaient de le dire devant moi croyant sans doute que pour moi ce n'était plus insultant mais au contraire valorisant.

Emelire, c'est clair que pour être nul, c'est nul.

Hypathie, le cinéma français en prend un coup. Enfin rien d'étonnant quand on voit que la France a défendu bec et ongles Polansk. C'est dans la lignée.

7nain a dit…

"Voulez-vous coucher avec moi"... C'est dingue le nombre de fois que je l'ai entendue aussi celle-là. On me l'a même déjà sortie devant Misterdoudou... En général je me contente de demander à la personne si il sait ce que ça veut dire... Bizarrement c'est toujours oui... Mais si j'ai l'audace de ne pas rigoler à la blague je suis juste une salope snob hein...
Je ne connaissais pas ce clip, mais ça en dit long sur la perception qu'on peut se faire des femmes françaises...

christine GMD a dit…

Qui bono ? De détruire l'industrie cinématographique et l'esprit français. Ou à qui profite le crime comme dirait Hitchcock.

Jeu d'OMC et de suprématie anglosaxonne règlementariste.

L'esprit français libertin n'a jamais été et ne sera jamais la "smart" exploitation sexuelle, des call girls et escort boys and girls" qui ne sont le fait que d'une minorité mais qui a ses entrées en media (sans compter l'inégalité numérique, en prime)

Anonyme a dit…

D'accord avec Christine.
La forme exacte est :
"Cui bono"

Abd Salam a dit…

La France n'est pas le dernier pays d'Europe a avoir accordé le droit de vote aux femmes...

Il y a le Portugal et l'Espagne qui ont accordé le droit de vote aux femmes dans les années 1977 et 1981.
Sans oublier la Suisse, dont l'un des Etats de la confédération a enfin daigné appliqué la loi fédérale helvétique en 1994)

La France n'est ni la meilleure élève, ni la pire. Ou plus exactement, concernant les droits des femmes, la France fait parties des derniers du peloton de tête. Pas des vrais trainards au classement.

J'ai l'impression qu'après avoir exagéré les mérites de la France, on exagère ses torts.

Alice a dit…

Ah bon? C'est drôle que je ne trouve pas les mêmes dates que vous. Vous pourriez me communiquer vos sources? Je suis curieuse de les connaître.

Isa a dit…

http://www.journee-de-la-femme.com/historique-acces-droit-de-vote-des-femmes.htm

Par ailleurs, je suis une femme et pour moi ce clip est stupide, mais présente une image dégradée de la femme, comme de l'homme.
Je ne vois vraiment pas pourquoi vous ne parlez que de l'image de la femme ici.

Abd Salam a dit…

Bonjour Alice,

J'ai donné les chiffres de mémoire, mais ils sont largement dans le vrai...

Certaine sources donne la date où le droit de vote a été accordé une première fois (par ex, Espagne : 1931, mais uniquement pour les femmes diplomées, annulé par Franco ensuite), certaines source indique la date où le droit de vote ET le droit d'être élue ont été accordés, quand ils n'ont pas été légalisé en même temps.

Certaines sources peuvent mettre en avant la date où le droit de vote a été obtenu selon les mêmes critères que les hommes (pas d'obligation pour les femmes d'avoir un diplôme universitaire, d'être mariée ou veuve de guerre).

D'autre cas particuliers, les femmes ont obtenu le droit de vote au niveau municipal en 1959 en Suisse (par ex) dans certains cantons, mais en 1971 pour les élections fédérales (moins un Etat qui n'a reconnu le droit de vote, que de force en 1990 ou 1994 selon les sources).

Alice a dit…

Bonjour Abd Salam, Entre 1977 et 1931 il y a une sacrée marge quand même, non?

Isa, merci pour le lien des votes :-)

Mais en quoi l'homme est-il dégradé? Ce n'est pas lui qui est considéré comme un objet à vendre. Lui c'est le proprio du harem, ultra moderne en plus à faire joujou avec son ordi genre intello. Il a la bite ET le cerveau pendant que les femmes ont leurs jambes et leurs dessous sexys.

Isa a dit…

Je ne vois pas en quoi être le proprio du harem moderne et faire joujou sur son ordi présente une image positive de l'homme. je persiste à trouver que c'est aussi dégradant. Une image de mac connecté... Pas exactement le rêve...
Quant au droit de vote des femmes en Espagne, accordé en 1931 il a en effet été retiré à celles ci par Franco et réétabli au milieu des années 70.

Abd Salam a dit…

@ Alice,

A mon sens, la date qui compte, c'est la date où les femmes obtiennent le droit de vote selon les mêmes critères que les hommes.

Pour l'Espagne, en 1931, seules les femmes ayant un diplôme universitaire avaient le droit de voter (condition qui n'était pas imposée aux hommes), sans oublier que ce droit a été annulé par Franco.

C'est pour cela que j'ai retenu l'année 1977 (certaines sources indiquent 1975 ou 76) pour l'année où le droit de vote a été reconnu pour les femmes en Espagne.
Même droit, même condition.

Dans beaucoup de pays, les femmes ont d'abord eu le droit de vote... aux élections municipales, seulement.
Et dans un deuxième temps, le droit de voter pour les choses "sérieuses" (ex. la Suisse), les élections nationales/fédérales.
Quelle date doit-on retenir ?...

Alice a dit…

@ Abd Salam,
Je retiens en effet 1931 parce que l'idée que des femmes puissent voter était bien là. Il y avait des restrictions pour les hommes aussi. Pas les mêmes mais restrictions quand même.

@ Isa, c'est une image dégradante pour moi en tant que féministe mais c'est une image ultra valorisée dans nos sociétés patriarcales.
Mes compatriotes masculins n'ont jamais eu à essuyé la moindre insulte sexiste, je n'ai jamais entendu personne les traiter de mac ni d'esclavagiste, ni de prostitueur. Par contre je ne compte plus le nombre de fois où j'ai littéralement été traité de "bitch" et les personnes qui me traitaient de la sorte pensait me faire un très beau compliment donc non, désolée mais la comparaison ne marche pas.

@ Isa et Abd Salam, honnêtement je ne sais pas comment prendre les commentaires sur Franco. Juste que le fait de comparer ce qu'il se passe sous une dictature avec un pays démocratique me laisse sans voix.

Isa a dit…

Parfait donc, gardons 1931 et un droit de vote marqué par un critère de classe, critère uniquement réservé aux hommes.
Après tout c'est un détail et loin de moi l'envie de vous laisser sans voix.
Mon féminisme s'applique aussi aux hommes, qui n'apprécient pas forcément d'être réduits à des bêtes sexuelles dotées d'un ordinateur en guise de cerveau et de pénis.

Alice a dit…

Drôle de féministe Isa. Le droit de vote un détail et la dictature de Franco avec. Vous insultez toutes les femmes et toute l'Espagne au passage. Pour une féministe on a vu mieux. Remarquez, j'avais vite vu de quel coté vous étiez et ce n'est pas celui de ce blog.
Bonsoir et bon vent à vous.

Isa a dit…

Alice, vous êtes de mauvaise foi. tant pis, vous ne correspondez pas non plus à mon féminisme. Je crois qu'on peut être féministe en incluant une prise de conscience des hommes. Vous préférez les ignorer et vous complaire dans une pose de victime. A votre guise. Votre attaque sur l'Espagne est en revanche très basse. Mais tout comme vous aviez vu de quel côté j'étais, je vois de quel côté vous êtes. Bon vent également, et bon courage.

Alice a dit…

Isa, venir me parler de mon féminisme "victimaire" alors que vous n'avez lu que ce billet de mon blog vous met en position totalement ridicule.C'est même à mourir de rire quand je n'arrête pas de dire que les hommes auraient tout à gagner du féminisme et qui parle aussi des hommes victimes de viol. Oh le sale mot que j'ai dit là! "Victime".Et en effet quand on est agressé-e, violenté-e, violé-e on est victime. S'il n'y a pas de victime cela veut dire qu'il n'y a pas agression et c'est bien ce que nos sociétés patriarcales veulent nous faire avaler.
C'est vous qui êtes d'une mauvaise foi alarmante mais ne vous inquiétez pas: le ridicule n'a jamais tué personne. Et au moins vous m'avez amusé :-)
Je suppose que vous allez troller un autre blog maintenant? Vous semblez n'avoir que ça à faire.