mercredi 23 avril 2008

Mieux vaut tard que jamais

Le 16 avril dernier, les parlementaires européens ont adopté un rapport reconnaissant le droit à l'avortement sûr et légal en Europe.

Voici des extraits du communiqué de presse du Mouvement Français Pour le Planning familial

Ce rapport invite les 47 Etats membres du Conseil de l’Europe à adopter des mesures visant à :
- dépénaliser l’avortement dans les pays si cela n’a pas encore été fait,
- garantir l’accès effectif à ce droit pour toutes les femmes,
- respecter l’autonomie du choix des femmes,
- offrir les conditions d’un choix libre et éclairé.


Malgré le caractère non obligataire pour les Etats membres, ce rapport deviendra sans conteste une référence incontournable pour toutes celles et ceux qui se battent pour garantir le droit à l’avortement et en améliorer l’accès à toutes les femmes sans distinction d’origine ni de revenu.

Enfin une bonne nouvelle.
Dans le contexte actuel où l'on parle de plus en plus des droits du foetus, il était urgent d'obtenir cette reconnaissance.
Comment peut-on encore refuser à une femme le droit de décider pour son corps?
Comment certaines personnes peuvent-elles considérer l'avortement comme un moyen de contraception? De dire que c'est trop facile de pouvoir avorter?
C'est vrai que tous les jours en me levant je me dis:"Merde, j'aurais dû me faire engrosser hier, ça m'aurait occuppé d'aller me faire avorter!"
Rien que l'idée de devoir avorter est terrible. Pas besoin de culpabiliser celles qui y ont recours, c'est bien assez dur comme ça.
Et à celles et ceux qui disent oui à l'avortement mais uniquement en cas de maladie ou de viol j'aimerais leur faire remarquer que, si la médecine peut prouver une maladie de la femme enceinte ou du foetus, en revanche comment faire en cas de viol alors qu'un seul cas sur 5 est raporté à la police? Alors que le traumatisme est si violent que de nombreuses victimes ne peuvent pas en parler avant des mois?
Sans compter que dans certains endroits, même en cas de viol avéré l'avortement est interdit.

J'espère que ce rapport ne sera pas seulement un texte mais permettra une réelle prise de conscience du problème.
Pas plus tard qu'aujourd'hui, dans le journal, on nous informait que près de 70% des gynécologues italiens refusent de pratiquer l'IVG. On sait bien que les femmes en France rencontrent aussi beaucoup de difficultés, notament au niveau des délais.
Même si on ne peut nier des avancées colossales en la matière grâce à la loi Veil, tout n'est pas encore parfait en 2008.

2 commentaires:

fofita a dit…

Moi je pense quele fait d'autoriser l'avortement en cas de viol peut aussi aider à augmenter le nombre des reports de viols non?
Je suis pour l'avortement, mais je pense que c'est à chacune de réfléchir... Si je ne prend pas la pilule, ne met pas de préservatif et suis en bonne santé, c'est de ma faute si je toùbe enceinte, et je n'avorterai pas, car ça c'est jouer avec la vie...

Alice a dit…

Tu as tout à fait raison, c'est à chacune de réfléchir, de peser le risque de ne pas prendre de contraception adaptée. D'où la nécessité d'informer sur les différentes méthodes contraceptives, pas toujours toutes bien connues.
Pour les cas de viols, c'est à double tranchant car si la fille attend de savoir qu'elle est enceinte pour se décider à porter plainte, elle n'aura plus de preuves matérielles de l'agression. Il faudrait aussi un changement en profondeur des mentalités et des procédures et arrêter de considérer les victimes comme responsables voire coupables.
Et puis celles qui sont simplement enceinte suite à un "accident"? La pillule ce n'est malgré tout pas du 100% sûr, les préservatifs se déchirent parfois.