jeudi 19 juin 2008

Faites tourner!

Il y a quelques jours je suis allée à un repas où il y avait un bébé. Je ne côtoie pas beaucoup de bébés et chaque fois que j'en vois un cela me rappelle une chose qui m'avait choquée.
Cela arrive parfois (trop souvent à mon sens) que le bébé passe de main en main entre tous et toutes les convives. Style tout le monde qui s'en va lui faire des risettes. Ce qui m'interpelle c'est que je n'avais jamais fait l'analogie entre un bébé et un joint. Cela me gêne. En plus, les joints et moi ça fait deux mais c'est un autre débat.
On fait tourner les joints, les filles dans les caves et les bébés. Génial!
Est-ce que les adultes aimeraient se retrouver trimballé-e et ballotté-e par tout le monde, et souvent par des inconnu-e-s?
Je me demande aussi comment un enfant peut ensuite assurer sa sécurité et son intégrité. Quand on est "passé-e" de la sorte dès la naissance parce que papa-maman le permet parce que c'est des ami-e-s comment refuser et aussi reconnaître des gestes déplacés? Parce qu'en effet, je pense que la pédophilie trouve aussi son origine dans le fait que l'on ne se comporte pas de la même façon avec les enfants et les adultes.

Imaginons que je me retrouve assise à coté d'un enfant que je vois pour la première fois et que je lui caresse les cheveux. Presque tout le monde trouverait cela mignon et si l'enfant rechignait on le traiterait de sauvage. Tout ceci sous la bénédiction des parents!
Maintenant, si je suis assise à coté d'un adulte que je vois aussi pour la première fois et que je lui caresse les cheveux, croyez-vous que tout le monde trouvera cela mignon et que l'intéressé-e se laissera faire ou ne se sentira pas choqué-e ou gêné-e?

Il y a un non respect flagrant envers les enfants il me semble.

1 commentaire:

Shalima a dit…

Et oui, le bébé, tout comme l'enfant, est une personne, et bcp de gens ont tendance à l'oublier !
De même, les enfants ont besoin d'affection, mais pas de la part de tout le monde, ou de n'importe quoi... Françoise Dolto l'a dit il y a plus de 30 ans, les choses évoluent, mais pas très vite.