mardi 9 septembre 2008

La boucle est bouclée




Voici la campagne Monoprix pour la rentrée:













Et oui, belle ou intelligente, il faut choisir et il vaut bien mieux être jolie qu'intelligente "grâce" à Monoprix. Quant au bonnet d'âne! A quand les coups de règles sur les doigts? Tandis que le garçon sauve la planète.

C'est tellement gros que l'on croirait à une mauvaise plaisanterie si le sexisme n'était pas un sujet aussi grave.

Si cela vous choque vous aussi vous pouvez écrire à Monoprix.

Monsieur Philippe Houzé
Président Directeur Général de Monoprix
204 rond point du Pont de Sèvres
92516 Boulogne Billancourt Cedex

Comme le rappelle La Meute, une lettre envoyée correspond à 1000 personnes mécontentes. Et ça marche! Les annonceurs en tiennent compte dans plusieurs cas.

Je parle bien de boucle car cette rentrée est une totale d'après moi et tout est intimement lié.

On commence par la petite fille cancre avéré mais jolie. On reste donc bien ancré dans le cliché garçon actif et fille sage, propre et jolie. Je me souviens, petite, des paroles de ma famille et entourage: "Mais qu'est-ce que tu as fait? Tu t'es salie! Vilaine! C'est réussi, tiens! Tu es belle maintenant!" Dernière phrase très ironique pour "tu es moche maintenant!" Tandis que les petits copains garçons rentraient boueux : "Ah c'est déjà un vrai petit homme! On ne le tient plus en place!" et tout ça dit avec une pointe de fierté perceptible dans la voix.

Etre jolie, c'est tout ce qui compte! D'ailleurs si jamais la petite fille développe des qualités intellectuelles lui faisant envisager une Grande Ecole, celles qui forment l'élite de la Nation (ENA, Polytechnique, Sciences Po, HEC, Sup Elec,etc), le département des Yvelines, dans lequel se trouvent bon nombre de ces Ecoles, va lui rappeler son devoir et surtout sa fonction: être belle et accessible aux hommes. Pour preuve:

Campagne Grandes Ecoles Yvelines les affiches sont en bas de page. Préparez la bassine, c'est réellement à vomir.

Le QI sur la poitrine me choque profondement mais le "Hacke moi si tu peux" ne passe pas.

Il n'y a plus d'interdiction pour les filles à entrer dans une école mais qu'en est-il en pratique? Va étudier ma fille mais garde bien en mémoire que tu es là pour le 4heures des étudiants mâles.
Je n'ai pas de mot pour qualifier comment je suis. Qu'une entreprise privée emploie une agence de pub privée et émettent une pub sexiste, je trouve ça plus que dégueulasse. Mais qu'un département, donc représentant de la France, du pays, utilise l'argent public payé par les impôts pour faire un appel au viol car il s'agit bel et bien d'un appel au viol "Hacke-moi si tu peux" soit en français "Prends-moi de force si tu peux" donc "viole-moi si tu peux", je suis sans mot, sans voix et même sans force de voir que mis à part une poignée de féministes, personne ne réagit.
L'Etat n'est-il pas supposer assurer la sécurité de ses concitoyens et concitoyennes?

En parallèle, l'Etat fait tout ce qu'il peut pour renvoyer les femmes qui travaillent chez elles en les attirant par des primes et congés parentaux qui les éloignent du monde du travail de longs mois, voire années. Car il ne faut pas être dupe! Combien de père sacrifient leur carrière et demandent des congés parentaux?

Le congé parental c'est très bien pour celles et ceux qui le souhaitent mais force est de constater que dans la majorité des cas cela dessert fortement les femmes.

Il y a aussi le débat sur les mères porteuses. Louer un ventre pour donner la vie! Que c'est beau! Sauf qu'en pratique ce sera des jeunes femmes sans papiers, sans ressources, chômeuse ou rmistes qui s'y colleront. En effet, est-ce qu'une wonder-business woman va interrompre sa carrière pour faire et donner un bébé à des inconnus? Et cette superbe phrase d'une femme qui ne peut avoir d'enfant elle-même: "on permet bien les dons d'ovocytes, de sperme, pourquoi n'aurions nous pas le droit d'avoir aussi le sac?" Le sac en question, c'est l'utérus de la mère porteuse.Rien qu'avec ça, je pense que tout est dit.

Pour bien enfoncer le clou, la rentrée nous réserve la surprise de voir l'inscription des foetus sur le registre de l'Etat civil. Au mépris de la loi sur l'avortement et au mépris des avis médicaux. En effet aucune condition de poids ni de semaines de grossesse ne sont pris en compte. Peu semble s'en rendre compte mais un danger réel pèse sur notre droit à l'avortement, aujourd'hui, au 21eme siècle en France pays des droits de, de qui au fait? Ben c'est évident : des droits de l'homme.

Enfin, notre Etat laïque invite le Pape qui croit bon de rappeler qu'un homme doit dominer sa femme, comme Dieu l'a dit!

Femme= beau morceau de viande au QI proportionnel au tour de poitrine à consommer et dominer sans modération, avec un sac à remplir destiné à assurer la survie de l'espèce et un compartiment sanisette pour satisfaire les besoins impérieux des mâles en puissance.






4 commentaires:

Shalima a dit…

Effectivement, c'est pas bien malin comme campagne. Dommage, moi j'aime bcp monop, notamment ses fringues pour petite fille ! >_<

Alice a dit…

Moi aussi j'aimais bien Monop. C'est le seul magasin de proximité qui soit à la fois bien achalandé et bien agencé. J'ai hâte de voir si il y a une réponse de leur part. Apparament beaucoup de gens ont été outrés par cette campagne. Espérons alors que Monoprix changera son mode de communication.

Emelire a dit…

moi aussi je suis assez Monop et avant j'y achetais le gros des fournitures, mais cette année non. Pour les mères porteuses, j'avais noté une phrase (pour la bonne bouche ;o) de Morano, prononcée avant les vacances "la mère porteuse intervient comme un nid" ;o) j'aurais pas besoin d'une grande imagination pour en faire un dessin :o)
tu fais un sacré résumé de tout l'antiféminisme ambiant en tous cas... mis bout à bout c'est encore plus impressionnant !

Alice a dit…

Le truc "comique" c'est que 95% de mes achats Monop étaient des achats dits beauté. je vais doublement les girlcotter.
Pour Mme Morano, j'avais entendu aussi. Mais la symbolique du sac, sortie de la bouche d'une demandeuse de "sac" justement m'avait laissé sans voix. Petite consolation: j'ai vu sur d'autres blogs féministes que cette expression de "sac" a été relevé.
Le problème c'est que les gens voient uniquement le coté "espoir d'enfant" enrobé dans un discours sirupeux à souhait qui évite de se poser la question de la location d'un corps humain. Car il s'agit bien de louer un corps comme pour la...prostitution.