mardi 9 septembre 2008

Wall E


Dernier né de la collaboration des studios Disney et Pixar, Wall E réussi la prouesse de nous conter une histoire d'amour entre 2 petits robots extrêmement belle et touchante sans jamais tomber dans le cucul-la-praline.

Pourtant, Wall-E n'avait pas grand chose pour me séduire au départ, les histoires de robot ne me passionnant pas. En plus, j'ai appris qu'il n'y avait pas vraiment de dialogue mais plutôt des bruits de robot.
Malgré tout, je décidais d'aller le voir. D'abord parce que c'est un film d'animation et que j'aime les films d'animation, ensuite parce que c'est Pixar et que j'aime assez ce que fait Pixar et surtout parce que c'est un des rares films que je peux aller voir avec Skat. Skat et moi n'avons pas forcément les mêmes goûts cinématographiques hormis les dessins animés.


Wall-E est donc un petit robot à qui incombe la lourde charge de nettoyer la planète de sa pollution. Très lourde charge! La Terre est dans un tel état que les humain-es sont contraint-es de vivre dans un vaisseau spatial de luxe en orbite autour notre planète devenue plus grise et triste que bleue.

Wall-E fait son travail très consciencieusement et en solitaire. Personne, aucun signe de vie autour de lui si ce n'est un drôle de petit insecte, seul et unique compagnon de notre petit robot. Jusqu'au jour où un vaisseau attérit et laisse un autre petit robot chargé de mesurer le degré de viabilité sur Terre pour le genre humain. Ce petit robot c'est EVE dont Wall-E va se prendre d'amitié et d'amour.

Ce que j'ai surtout aimé, animée par mes sentiments féministes, c'est que les rôles semblent inversés. Wall-E est plein de tendresse avec EVE et s'occuppe d'elle lorsqu'elle est "malade". La façon dont il prend soin d'elle est très "féminine". Je n'aime pas cette notion de comportement typique féminin ou masculin mais je ne vois pas d'autre terme pour qualifier celui de Wall-E. Eve, s'occuppera aussi de Wall-E et le protègera lorsqu'il se retrouveront à bord du vaisseau humain. C'est un robot moderne et EVE utilise autant ses compétences physiques (déplacement rapide, arme destructrice) qu'intellectuelles.

Seule ombre au tableau: les commandants du vaisseau humain depuis des siècles qui sont...surprise, tous des hommes. Je suis pourtant sûre que des petites filles aimeraient aussi se représenter en capitaine de vaisseau mais bon, vu l'état "légumesque" des humains, ma foi, nous n'avons pas le cliché du héros ultra-puissant.

Les robots ne connaissent pas le machisme. C'est sans doute parce que ce dernier est une invention des hommes.

3 commentaires:

Delphine a dit…

Moi non plus pas très fan des robots, je me suis également totalement laissée charmée par ce film.
J'en retiens d'autres points que toi:la vision futuriste de l'état de pollution de la Terre est assez effrayante et j'espère soulèvera quelques consciences, même minimes autant dans les petites têtes blondes que dans celles qui les accompagnent.
Ensuite, j'ai beaucoup aimé la vision peu glorieuse des futurs américains, victimes de la société de (sur)consommation...
Et comme d'habitude, je moue les petits bijoux d'animation sortis de chez Pixar. (je ne parle même pas du court métrage.. Il faut absolument que je me le procure. Un remède en cas de journée morose...)

Shalima a dit…

Bon, il faut vraiment que j'y aille, avec mes korrigans ! (mais quand ? quaaaand ??)

Alice a dit…

Delphine, ah oui le court métrage! C'est excellentissime! Un vrai petit bonheur!
J'ai moins souligné l'aspect écolo car je sais que tout le monde va le voir, ce qui n'est pas forcément le cas du reste...

Shalima, il faut absolument que tu y amènes ta petite famille. Tu ne le regretteras pas. Ou alors je serais vraiment surprise.