mardi 14 octobre 2008

La dame qui fait caca plus vite que son ombre

Excusez le titre quelque peu vaseux de ce billet mais vous allez vite comprendre où je veux en venir.
Vous avez sans doute toutes et tous remarqué la longue file d'attente qui s'étend sur des kilomètres depuis l'entrée des toilettes publiques des femmes. Que ce soit sur l'autoroute, au restaurant, dans les centres commerciaux, dans les aéroports, aucun endroit munis de ces commodités n'échappent à la règle. Il en résulte chez moi deux sentiments bien distincts:
- ca me fait chier (sans mauvais jeu de mot) de poireauter 30 ans pour n'être active qu'1 minute.
-Ca m'intrigue que tout le monde mette 30 ans pour faire ce que je fais en 1 minute.

Ben non, les chiottes je m'y éternise pas dedans tout en prenant le temps de bien faire la commisssion. Par conséquent, comme solution à ce mystère, je ne vois que 2 possibilités:
-soit c'est moi qui suis ultra douée pour être aussi rapide (on va peut-être me répertorier pour un titre au Guiness des records, qui sait?).
-soit je n'ai rien compris et les chiottes ont 1001 facettes attractives qui m'échappent et qu'on peut y faire autre chose que de se soulager. Non, parce que sérieux 30 ans pour faire pipi, moi, j'y crois pas.

Donc voici à quelles possibilités j'ai pensé:
-les toilettes salle de lecture. Je me rappelle d'une amie de ma mère qui avouait sans complexe avoir passé des nuits entières à lire, confortablement assise sur la lunette des water. Faudrait-il voir là un lien quelqconque entre cette lunette toilettesque et les lunettes de vue propice à la lecture? Une nouvelle recherche étymologique m'attend!
Bon, heureusement cette dame utilisait ses WC privés. Quoique je ne sois pas sûre qu'elle n'ait passé aucune journée dans les chiottes d'un centre commercial pendant que ses gosses faisait du shopping. J'imagine la scène d'ici! les femmes dans la file d'attente qui entr'aperçoivent par la fente sous la porte une pile de livres prêt à être dévorés. Et la réponse de l'intéressée aux coups fous furieux sur la porte: "Mais vous voyez pas que c'est occuppé? Je n'en suis même pas encore arrivée au moment où l'on apprend que..."

-les toilettes pour faire la sieste. Ben oui, je connais quelqu'un qui s'est endormi dans les chiottes. C'était un gars mais j'imagine qu'une femme peut en faire autant. Ce qui est embêtant c'est qu'il est prouvé que les femmes ronflent moins que les hommes. C'est donc plus dur de constater la présence d'une dormeuse dans le seul WC du lieu et dont la porte reste fermée depuis de longues heures puisqu'on entend aucun ronflement.

-les toilettes pour téléphoner. Typique au boulot et même dans les soirées entre ami-es. Je le sais, je suis déjà allée téléphoner quelques minutes à des potes quand j'en avais ma claque du boulot (houlà c'est pas bien ça Alice! Z'allez pas me dénoncer hein?!).
Sauf que du coup, si il y a file d'attente, mieux vaut ne pas avoir une conversation trop intime. Et puis si j'attends depuis longtemps et que j'entends la chieuse raconter sa vie au téléphone je pense que je saurai comment lui faire comprendre qu'on peut téléphoner depuis un autre endroit.

-les toilettes comme dressing room. Dans mon centre de danse il y a un peu partout des affiches stipulant qu'il est strictement interdit de se déshabiller dans les toilettes, les vestiaires étant faits pour ça. Si on a besoin d'afficher ce genre de remarque, c'est qu'il doit y avoir des gens qui se changent dans les toilettes. Et là franchement chapeau! Se changer sans porte-manteau, sans banc pour poser ses affaires, c'est pas de la tarte. J'apprécie la prouesse mais je honnis le temps passé à attendre. Portant j'avoue, j'ai testé le déshabillage dans les WC. C'est d'ailleurs forte de cette expérience que j'affirme détester ça. Rien ne vaut un bon vestiaire.

Il doit y avoir encore 1001 raisons de s'enfermer dans les toilettes comme pour vérifier une dernière fois un dossier classé top secret à l'abri des regards indiscrets, se gratter le nez tranquillement, souffler sans être emmerdée, s'entrainer à se maquiller sans glace, pleurer, méditer, que sais-je encore! Chacun chacune sa vie après tout, sauf quand ça interfère avec ma vie à moi et que je n'ai que 2 minutes pour pisser si je ne veux pas rater le dernier métro.

A cela, une seule solution: allez chez les hommes. Ils sont aussi longs (je crois que je vais postuler au Guiness catégorie homme et femme) mais ils sont moins nombreux. C'est toujours ça de gagner sur le temps!

2 commentaires:

cremlystella a dit…

c'est pareil, je comprend pas, à la rigueur en discothèque , les filles doivent passer une heure à tenter de se faire une ligne dans la pénombre de toilettes bien dégueux, mais au bureau..prrt

Alice a dit…

Oh purée les toilettes des boîte de nuit! Je crois que j'ai pas vu pire!