dimanche 11 avril 2010

Billy Elliot

Depuis que nous sommes en Espagne et que nous n'avons pas amené mon magnétoscope (oui j'ai toujours un magnéto VHS et je ne le jetterai jamais, il est chez mes parents, car j'ai une vidéothèque danse hyper riche et tout n'est pas sorti sur dvd) Skat et moi profitons du lecteur DVD de l'ordinateur et des offres DVD de Media Markt.
Recemment, nous avons fait l'acquisition de Billy Elliot.

J'étais allée le voir à sa sortie au cinéma bien sûr mais Skat ne l'avait jamais vu. Ca m'a fait plaisir de le revoir. C'est un excellent film même si certains clichés demeurent.

L'histoire de ce petit garcon qui laisse ses gants de boxe pour une paire de demi-pointes contre la volonté de son père est touchante et je pense qu'elle a pu aider pas mal de garcons à se sentir plus à l'aise de dire qu'ils dansent et qu'ils aiment ca.

Les stéréotypes sur les garcons qui dansent sont légion, encore aujourd'hui même si ca s'améliore. Ce que j'aime dans ce film c'est que tous les clichés de la danse classique, et pas que ceux des garcons et la danse, sont démontés un par un.

Le héros du film déjà. Billy est non seulement un garcon mais un garcon de toute évidence hétéro et d'un milieu défavorisé puisque son père, exploité et sous payé à la mine, est en grève pour une durée indéterminée. S'ajoute à ca la mort de la mère de Billy et la démence de la grand mère. On est loin du portrait de la petite ballerine citadine et friquée habituellement donné ou de l'adolescent homo qui se découvre dans la danse.

Quel scoop: les gosses de smicards aussi ont des goûts de bourges: ils et elles aiment la danse classique!
Et puis la danse c'est pour tous les goûts: il y a des gays, des bi, des hétéro, des lesbiennes et c'est bien normal puisque le gène de la danse classique n'est pas spécifique aux homo et aux petites filles.

La prof de danse ne correspond pas non plus à l'image guindée et snob que beaucoup de gens se font. Ici elle jure, elle fume (bon ca par contre je cautionne pas du tout mais ca casse quand même l'image de la prof classique qui sait se tenir), elle se porte bien comme on dit. Elle rend aussi hommage à tous et toutes, prof passionnés prêt-es à donner des cours particuliers gratuits pour aider un-e élève doué-e et motivé-e à réaliser son rêve. Et de si on trouve de nombreux profs comme ca on entrouve encore plus qui font payer des fortunes à leurs élèves. Allez donc jeter un oeil sur les tarifs des cours privés de certains "grands" profs. Ca fait honte à la danse.

De quoi tordre le cou a bien des idées recues.

Il y a par contre quelque chose qui me semble un peu excessif. C'est le personnage de Mickaël, un copain de Billy qui deviendra homo. Je trouve que son personnage fait très cliché pour un film qui veut les combattre. Tous les homo ont-ils envie de revêtir un tutu uniquement parce que c'est un truc de fille? Et justement, ce film n'a t-il pas pour but de dénoncer le fait que la danse et ce qui s'y rattache c'est uniquement pour les filles?

Et puis j'aurais aimé que le film creuse un peu plus les questiosn de l'identité sexuelle. Mickaël s'habille avec les robes de sa soeur, comme son père le fait avec les robes de sa mères quand il croit être seul à la maison. Pourquoi évoquer cette histoire si ce n'est pas pour la développer un peu plus?

Quoi qu'il en soit je ne regrette pas l'achat de ce DVD. En plus il enrichit mon vocabulaire argotique anglo-saxon. Vocabulaire très "fleuri" si je puis dire mais très fun.

3 commentaires:

Gabrielle a dit…

bonjour Alice...

je n'ai encore jamais vu Billy Elliot, pourtant c'est pile dans mon cheval de bataille ;)

donc je ne pourrai pas discuter du film...

au sujet des préjugés, il me semble que pour le sport c'est un peu comme l'homosexualité: bien sûr tout le monde est touché par le film, tout le monde veut bien tolérer, mais "pour les autres".

parmi la génération qui a vu Billy Elliot, combien ont inscrit leur fils à un cours de danse? et d'ailleurs, combien de petits garçons l'ont demandé?

ouais, je suis super pessimiste aujourd'hui...en tout cas je découvre ton blog et j'aime beaucoup ton regard :)

Alice a dit…

Si, le film a boosté les garcons. Claude Bessy (ex directrice de l'Ecole de Danse de l'Opéra de Paris) raconte que l'année de sortie du film le nombre de petits garcons se présentant à l'audition d'entrée a battu tous les records.
Ca n'est pas la solution miracle c'est sûr mais ce film a bien tourné et surtout bien marché et beaucoup de garcons le cite en référence quand on leur demande ce qui les a mené à la danse. Donc sur ce coup là, pour une fois, je suis assez positive. Mais c'est sûr qu'il reste encore du boulot. S'il suffisait d'un seul film pour tout changer ca serait si simple.

Gabrielle a dit…

ah, je ne savais pas...j'étais trop pessimiste :)

c'est vrai aussi que "Million Dollar Baby" a joué un rôle dans le développement de la boxe féminine.