samedi 22 mars 2008

"Les filles" de Mai Zetterling

Lundi dernier, à l'occasion du centenaire de Simone de Beauvoir, les écrans citoyens du petit mais magnifique cinéma des Ursulines diffusait Les filles, film réalisé en 1968 par Mai Zetterling.
Le film n'est resté qu'une seule semaine à l'affiche en France car considéré comme un peu trop féministe...

Mai Zetterling (1925-1994) est suédoise. Elle fût actrice avant de se consacrer à la réalisation de films féministes.
Dans Les filles, Zetterling brosse un magnifique portrait de femmes. Elle nous fait suivre la tournée d'une troupe de théâtre qui présente le Lysistrata d'Aristophane. Pour celles et ceux qui ne connaîtraient pas, Lysistrata est une pièce écrite au 5eme siècle av.JC et dans laquelle les femmes de la cité refusent d'avoir des relations sexuelles avec les hommes pour les contraindre à arrêter la guerre.
Sur cette trame de pièce, déjà féministe à cette période antique, Mai Zetterling montre la vie de ces comédiennes. Les principaux thèmes sont la place des femmes dans la vie publique et la place au travail et du travail dans leur vie.

Les comédiennes sont mariées ou ont un amant, ont des enfants. Comment gèrent-elles?
Le mari de l'une lui reproche son trop grand intérêt pour sa crrière, pourtant inférieure à la sienne: "Ce n'est pas pareil" dira-t-il lorsque sa femme lui rétorquera qu'il ne vit que pour son travail lui aussi. Il a besoin d'une femme qui soit là pour le soutenir, l'écouter, être là quand il rentre le soir.
L'écoute. Le film montre bien comment la parole des femmes est, au mieux rabaissée, au pire ignorée. Ces comédiennes parlent, interrogent le public, tentent de lancer un débat pendant que le public s'endort.
Autre image forte: une des comédiennes, hors scène, se tient debout sur une place publique avec un haut-parleur et revendique le droit à avoir un travail valorisé et plaisant, le droit d'aider les mères à travailler avec la mise en place de garderies et crèches, le droit d'être écoutée. Au fur et à mesure, des voitures alentours se mettent à klaxonner et couvrent la voix de la femme. Quelques femmes, malgré tout, l'entendent, s'approchent et demandent "Mais que faire?", qui selon moi, souligne la difficulté pour les femmes, après tant d'année de tradition machiste à s'unir pour réclamer des droits (le film date d'AVANT mai 1968).
Epoque oblige, la question de la liberté sexuelle, en prélude à Mai 68 justement. On voit dans le film ces femmes sortir, faire la fête et à travers Lysistrata abordent la question du plaisir et du sexe en toute liberté.

Il y aurait encore beaucoup à dire tant ce film est riche. Dommage qu'il ne soit pas diffusé mais si jamais vous le trouvez, jetez-vous y dessus.
On retrouve aussi avec beaucoup de plaisir les acteurs et actrices fétiches de Bergman, excellents.

Filmographie:
Les amoureux 1964
Jeu de nuit 1965
Nostalgie 1966
Docteur Glas 1967
Les Filles 1968

4 commentaires:

Papillon a dit…

Je viens enfin visiter ton nouvel espace (c'est fou comme je manque de temps !!) et il est super, j'aime beaucoup les couleurs !!

Et bien sûr, tu as encore fait un article superbe sur la condition féminine... je n'avais pas entendu parler de ce film... et maintenant j'ai très envie de me renseigner dessus pour voir comment c'est possible de le visionner... Merci !

Bisous et bonne semaine !

Emelire a dit…

et bien entendu aucune video ni dvd ... c'est surprenant comme quand il s'agit d'oeuvres féministes il n'y a pas non plus de visuel de dispo ... grrrr c'est sûr qu'en une semaine ça donne peu de chances de le voir ...

Alice a dit…

Je pense que ça doit être plus facile de voir les oeuvres de Mai Zetterling en Suède, en tout cas je l'espère.
Cela n'enlève rien au fait qu'il est inadmissible de ne pas pouvoir se le procurer ici. Il s'agissait d'un prêt du cantre culturel suédois de Paris pour la soirée.

Shalima a dit…

Je ne connaissais pas, je le note précieusement !
(je me demande si je n'ai pas vu la scène de la femme au porte-voix, et les klaxon autour d'elle...)