mardi 15 avril 2008

Pour éviter les confusions

Lorsque l'on emploie le terme de féminisme, beaucoup pense à des hordes de femmes hystériques brûlant leur soutien-gorge et réclamant à coup de griffe la domination féminine.

Alors déjà pour toutes celles et tous ceux aui croient ça, il faudrait peut-être d'abord que les femmes soient égales avant d'être supérieures. Et l'égalité, n'importe où dans le monde, n'est pas là. A divers degrés, d'accord mais elle n'est pas là. Sans faire de liste car ce serait, hélas, trop long, prenons seulement les écarts de salaire homme-femme dans notre belle France.

Le féminisme ce n'est pas ça. Le féminisme ça n'est surtout pas ça. Le féminisme prône l'égalité de droit entre les sexes et combat la domination d'un sexe sur l'autre. Combat, soulignons-le, non-violent.

Alors par contre, j'avaoue que le terme en lui-même, pour quiconque l'entendrait pour la 1ere fois ou serait mal informé, peut prêter à confusion.
Cette fin en "isme" prend un sens militant au nom du féminin, donc l'appel à une suprématie féminine, tout comme le machisme affiche la suprématie masculine.
Je ne vais pas faire un cours lexical et encore moins contester cette appellation mais il me semble que le terme d'anti-sexisme ou d'anti-machisme conviendrait mieux. D'autant plus que peu d'information circule sur la définition du féminisme.

Je suis abasourdie d'entendre des femmes proclamer qu'elles ne sont pas féministes. C'est comme si un noir me disait qu'il est pro appartheid. Bon, je sais que de nombreuses femmes sont sexistes. Ca existe. Tout existe. Mais de nombreuses femmes ne se reconnaissent pas dans le féminisme parce qu'elles croient qu'il s'agit de femmes hystériques prêtes à couper des bites à la chaîne (je caricature mais à peine).
Etre féministe c'est dire non aux violences conjugales, non à l'excision, non aux mariages forcés, non à la traite des femmes aux fins de prostitution, non au viol, non à la différence de salaire, non aux infanticides de bébés filles, aux avortements sélectifs...la liste est longue.
J'ai eu encore récemment des gens surpris que je sois féministe (oui oui, je mets des talons et des jupes et, comble du comble, je me maquille!!! Je ne peut donc pas être féministe. Je reviendrai là-dessus dans un autre billet) et encore plus surpris de constater qu'eux/elles-mêmes sont féministes. Parce que les hommes aussi peuvent être féministes. Tout comme des blancs se battent contre le racisme anti-noir. Tous le monde est concerné par le racisme. Tout le monde est concerné par le sexisme.

Vu ceci, je me demande vraiment si ce terme de féminisme est bien adapté car pour beaucoup, le sens n'est pas toujours compris. Bien sûr, si les médias arrêtaient de nous matraquer avec leurs gros titres style : Féminisme: la guerre des sexes ce serait plus facile.
D'autant plus qu'un nouveau mot a fait son apparition depuis peu: le masculinisme. Ce mouvement a pris naissance au Canada. Il est relayé par des pères qui remettent en cause ni plus ni moins les droits que les femmes ont arraché de longue haleine et remettent même en cause, pour certains, le fleau des violences au sein du couple en les minimisant.
Ce masculinisme là peut être facilement mis en opposition au féminisme alors que la portée de la lutte n'est pas la même. Et les mots ne sont pas anodins. je ne sais pas ce qu'en pense les féministes mais je rencontre moins de mépris quand je parle d'anti-sexisme plutôt que de féminisme.

Et pour finir à méditer cette phrase de Benoîte Groult:
Le féminisme n'a jamais tué personne tandis que le machisme tue tous les jours.

4 commentaires:

Emelire a dit…

"Je ne vais pas faire un cours lexical et encore moins contester cette appellation mais il me semble que le terme d'anti-sexisme ou d'anti-machisme conviendrait mieux. D'autant plus que peu d'information circule sur la définition du féminisme."

Alice là tu touches à un point clé souvent réfléchi par les féministes elles mêmes.
Quant à moi aussi, j'y ai réfléchi personnellement.
Ce que je peux te dire c'est que le terme d'anti machiste me paraît très intéressant et particulièrement adapté ! Je n'y avais pensé comme un mot générique. Je l'emploi néanmoins souvent dans mes phrases militantes, justement pour faire aussi la distinction entre les hommes 'de bonne volonté" et les machos.

En revanche, pour anti-sexisme le terme est inapproprié ou plutôt, incomplet. En effet, quand on dit 'féminisme', on entend qu'il y a inégalité et on pointe que les femmes sont celles qui sont inégalement traitées. Donc on prend fait et cause, acte de cela, pour le dénoncer, lutter, etc. Alor qu'anti-sexisme met sur un plan de neutralité la situation. Précisément les masculinistes se revendiquent parfois de cela, arguant que les femmes ont tous les droits et des privilèges honteux, etc. ... Anti-sexiste fait comme si le monde était neutre, or il ne l'est pas.

Anti machiste est très bien en revanche. Bon je continue à me dire féministe, mais c'est vrai que j'adapte en fonction des gens afin d'employer un terme lorsqu'il est compris à sa juste mesure, et valeur.
Voilà quelles sont mes opinions ;o)

Alice a dit…

Merci pour ton point de vue Emelire.
Je suis aussi d'accord qu'anti-machisme est un terme particulièrement adapté et révélateur du problème contre lequel le féminisme veut lutter.

jab a dit…

Le terme d'anti-sexisme me parait toujours un poil trop "mou",et moins militant (simple perception personelle )que "féminisme",qui n'est pas parfait,mais qui a une histoire suffisamment riche (et il fait tellement peur) que je le préfère.^^

Pour ce qui est du masculinisme,moi ç m'inquiète.
On me faisait remarquer l'autre jour qu'on devrait utiliser "virilisme" plutôt que masculinisme ,ça ma parait assez correct,plutôt que d'utiliser ce décalque de "féminisme" pour un groupe qui ne fait que bouffer les acquis des femmes pour retrouver les vieux privilèges masculins.

Jab

Alice a dit…

Bienvenue Jap!
Merci pour ton point de vue du terme de féminisme.
Je m'inquiète aussi du masculinisme. C'est effarant.