mercredi 30 juillet 2008

J'aimerais avoir autant de mordant

Mais pour l'instant, je n'y arrive pas alors merci à l'auteure pour ses coups de crayons si justes et acérés. Ca fait du bien de te lire, Emelire.

http://femininlemporte.canalblog.com/archives/2008/07/29/10070816.html#comments

1 commentaire:

Emelire a dit…

ah ben merci pour le compliment et ça me fait plaisir de faire plaisir. "J'aimerais..." mais tu sais ce que tu fais sur le blog là c'est vraiment bien. Ce que je fais c'est parfois un peu du "travail", ça vient direct ou ça ne vient pas, des trucs viennent sans qu'on cherche, je note, ça servira plus tard ou jamais etc. Les associations de mot font ricochet sur des idées, il y a souvent un lien avec les mots. Quand je me sens devenir trop grave, je relis Ainsi Soit-elle, de Benoîte Groult, quand elle parle de la presse, de la nécessité de l'humour et même du mauvais goût. Je regarde de l'humour de presse, ça me met dans un certain état d'esprit. C'est comme parler une langue, ça sert à communiquer. Tout le monde peut utiliser une forme d'humour, selon sa propre sensibilité, il faut juste trouver sa voie. ça aide à se détacher mais faire ça quand on est en plein dans le coeur de la tempête je crois que c'est impossible. Il faut pouvoir se détacher un peu.

A l'adolescence, je laissais des petits mots à ma mère, le matin ou le soir, pour la faire sourire, c'était du petit délire sur le quotidien, les séries télé, etc. En rencontrant des féministes, et avant parfois en entreprise, cette envie m'est revenue. J'ai besoin d'humour, de sourire, de "nonsense", j'avoue que j'écoute Rires et Chansons tous les jours (je zappe Bigard et parfois Gerra), je vois des films drôles, du théâtre de boulevard, etc. et je vis avec quelqu'un qui a su me faire rire, ça a été primordial pour moi. Tous les éléments d'un puzzle sont importants en tous cas. L'union fait la force ;o)