mardi 11 novembre 2008

11 novembre

Cette année encore et heureusement nous avons pu voir des documentaires sur les poilus de la guerre de 14-18. Mais je ne peux m'empêcher de penser pour combien de temps. En effet les survivant-es se font rares, âge oblige et j'ai l'impression que la signification de cette date part en désuétude. Et puis je ne comprends pas non plus pourquoi on ne parle que des poilus. Il est bien sûr tout à fait normal d'en parler mais la guerre n'a pas touchée que les soldats. Et les féministes avaient bien raison de manifester banderole à la main: Il y a encore plus inconnu que le soldat inconnu, c'est sa femme.
Pas un mot ou si peu sur ces femmes qui ont fait marcher le pays pendant la guerre, pas un mot sur le refus de leur accorder le droit de vote alors qu'elles avaient participé activement à la survie de la nation, pas un mot ou si peu sur les conditions de vie des enfants. On dirait que seul les soldats ont souffert. Ils n'étaient pourtant pas seuls.
Et puis je n'arrive pas à comprendre comment l'Allemagne ne célèbre pas cette armistice. Elle était perdante, certes. Toutefois nous sommes en 2008, en UE et il me semble à avoir écouté les récits de guerre de mon grand-père, prisonnier pendant le guerre de 39-45, que les soldats allemands voulaient eux aussi rentrer chez eux. J'imagine qu'il en était de même en 18.

Le gouvernement veux supprimer des jours de commémoration. Dans un sens j'arrive à le comprendre car je ne connais même pas toutes ces commémorations. Ca perd son sens et c'est assez grave je trouve. On commémore sans se poser de question.
Une chose qui me choque vraiment c'est de connaître toute les horreurs de la guerre, de 14, de 39 et les autres et de voir des pubs pour jouets vantant le nouveau pistolet ou même mitraillette pour jouer à la guerre.
Alors oui, dans notre pays, pour l'instant, les enfants ne font "que" jouer à la guerre. Mais ne pourrait-on pas les sensibiliser lors de ces journées commémoratives à ce qu''est la vraie guerre? Et surtout penser à ces enfants en Ouganda, en Afgahnistan, en Colombie et ailleurs enrolés de force et contraints à faire la guerre pour de vrai. Dans les camps, en Allemagne, mon grand-père repensait à son enfance lorsqu'il jouait à la guerre et maudissait les adultes qui lui disait : "Tu peux jouer toi, la guerre c'est bien fini. Personne ne se battra plus jamais pour de vrai". Drôle de jeu me, disait-il quand j'étais petite.

4 commentaires:

Papillon a dit…

Je suis souvent étonnée de voir que tout le monde ne connaît pas la signification des jours fériés... surtout lorsqu'ils commémorent un évènement historique ! et par ailleurs je suis toujours choquée de voir des enfants "jouer" à la guerre, dire "je vais te tuer", "je suis le maitre du monde"... que ce soit normal d'avoir ces phantasmes avant 10ans, je veux bien, mais où est le rôle des parents dans tout ça ?

Emelire a dit…

Je pense que les femmes ont aussi souffert affectivement : voir son fils ou son mari partir c'est pas rien. Et après les veuves et les orphelins, les orphelines, la vie d'alors où une 'maison sans homme' c'était si difficile, + qu'aujourd'hui ! faire des enfants / donner des enfants à la France ... et chair à canon !
Les femmes ont eu un tel courage, et demeurent oubliées. Même dans les familles, on écoute plus parler le pépé qui a fait la guerre, que la mémé qui a fait tourner la ferme, s'est occupé des enfants, etc. par exemple...
Quand on raconte l'histoire d'une famille, on parle peu des femmes ou alors juste pour dire combien d'enfants elles ont eu. Comment ont-elles vécu l'histoire ?
ma grand mère a été orpheline de guerre (14-18) et sa mère a du fuir avec ses 4 enfants dans une cariole, le village que les allemands ont entièrement brûlé. Après il a fallu se réinsérer dans un village voisin où elle avait une attache familiale féminine, étant veuve ... Pendant un moment les enfants ont été placés dans une île française en orphelinat et ma grand mère était jeune fille et racontait qu'elle devait nettoyer les wc des autres car sa mère n'avait pas d'argent et plus de mari... super la guerre ! et finalement la parole des femmes reste bloquée. Peut être aussi que les femmes seraient anti-guerre car on leur a arraché leurs enfants, anti-guerre/pacifiste, c'est dangereux pour l'Etat, de tous temps. Alors ... c'est peut être une double raison pour que les médias oublient de parler des femmes. J'ai entendu aussi par des religieuses que leurs mamans veuves ou mères de soldats tués, avaient perdu la foi, tant elles étaient écoeurées de tout, vidées. ça a pu contribuer à taire leur parole, aussi.


Oui l'histoire n'est vue qu'à travers le prisme masculin, comme tout le reste, c'est pourquoi la parole féminine et féministe est si importante... à diffuser ;o) ...

ennA a dit…

Ils voulaient passer de 12 commémorations à 3 uniquement (11/11, 08/05 et 14/07) mais c'est quand même super délicat et assez radical je trouve. Je pense notamment à la guerre d'Algérie. Et fêter l'armistice du 11 novembre dme parle de moins en moins au fil des années.

Alice a dit…

papillon, tu as tout à fait raison. C'est abérant que les parents ne réagissent pas face à un enfant qui joue à "tuer".

Emelire, tu résumes très bien la situation des femmes. Ca m'écoeure cette censure. Car c'est bien de la censure, on dirait que les femmes avaient disparu de la surface de la terre pendant la guerre. Pourquoi leur refuser la parole?

enna, c'est en effet un peu radical de passer de 12 à 3. Mais il faudrait redonner du sesn à ces commémorations pour éviter qu'elles ne se perdent.