mardi 20 janvier 2009

Où sont les héroïnes?

Hier soir, avec Skat, je me suis plongée dans une interrogation à savoir où sont les héroïnes, les vraies. Par héroïnes j'entends un personnage féminin qui a le 1er rôle dans un scénario et qui est actif. Par exemple, Cendrillon n'est pas une héroïne selon mes critères puisqu'elle ne dirige pas sa vie. C'est la bonne fée et le Prince qui la tire (sans mauvais jeux de mots) de sa position de souillon.
J'exclu aussi les Catwoman et autres Uma Thurman-Kill Bill qu'on dirait sorties d'une partie SM avec leur combi latex et talons vertigineux.

Pour les héros, pas de souci! On trouve en vrac et dans une liste non-exhaustive:
-Superman
-Harry Potter
-Les rôles de Bruce Wilis
-Rick Hunter
-James Bond
-Marty de Retour vers le futur
- Startsky et Hutch
-Kevin de Maman j'ai raté l'avion
-Indiana Jones
-Alan Quaterman
-etc, etc.

Mais les héroïnes...
Skat, m'en a trouvé: dans les 4 Fantastiques, il y a une femme. Wow! Génial! Une de plus et c'aurait été la parité, non mais c'est qu'il ne faut pas rêver non plus! En plus, elle est noyée entre les 3 autres Fantastiques et comme par hasard, son pouvoir c'est l'eau.
Rappel de mon cours de littérature au lycée : Une partie de campagne de Maupassant, l'eau, symbole de l'extrême féminité sensuelle d'Henriette.

X-Men: Ok, c'est "men" mais y'a des "wo"men dedans et même qu'il y en a une qui a un rôle pas trop mal. Bon, le 1er rôle, le plus important, c'est un men qui l'occuppe malgré tout.

En bout de réflexion et après plusieurs minutes à se creuser les méninges nous pensons à Jennifer de Pour l'Amour du risque. C'est dire si les noms d'héroïnes nous assallaient l'esprit.

Nous avons essayé de trouver pourquoi. Nous avons pensé que c'est peut-être la faute à la technologie cosmétique. Une fille qui va se battre pour sauver le monde a de grandes chances d'écailler son joli vernis à ongles et ça, je confirme, c'est ultra-chiant. Puis on a pensé que ça ne tient pas la route. Un vernis écaillé c'est pas cool mais le vernis ne crie pas encore tandis qu'un coup de balai dans les roubignolles fortement risqué vu comment se passe un match de quidditsh, ça fait mal. On a donc un avantage nous, les filles: nos ovaires sont moins vulnérables. Alors pourquoi?

Au final nous avons quand même fini par trouver les héroïnes de Myazaki et Ripley dans Alien. Ce n'est peut-être pas un hasard si j'apprécie particulièrement ces films.

Alors bien sûr que je ne suis pas contre les héros. J'adore Harry Potter par exemple, et bien d'autres encore mais ce qui m'agace c'est que très peu de femmes/filles sont mises en avant de façon dynamique dans une histoire. Il n'ya qu'à voir le rôle d'Hermione dans Harry Potter, elle reste souvent sur la touche. Et que dire de Fleur Delacour? C'est la seule à abandonner 2 épreuves du tournoi. Je n'y verrais pas d'inconvénients si j'avais l'équivalent. Une Harriette Potterette par exemple. Or des Hariettes, il n'y en pas beaucoup. N'est-ce pas un peu enfermant comme stéréotype? Est-ce que ça ne contribue pas à établir des rôles sociaux sexués? Pour ma part je crois que oui.

4 commentaires:

fofita a dit…

C'est vrai que je n'y avais pas souvent réfléchi, mais en général les héroines sont plutôt des incarnations de fantasmes masculins...

Anonyme a dit…

Et Charlie et ses drôles de dames ? ah ah !!!

Ann

Emelire a dit…

ah oui Charlie's angels ;o) enfin le peu que j'ai vu, j'aimais bien, faut dire qu'on n'avait pas tellement le choix ;o)
Il y a un truc que je remarque et qui m'énerve ...à un point intenable. Je regarde très peu de films, mais le moindre film avec une scène d'action, observe : l'homme court toujours devant, il ne cesse de donner des ordres à la femme, c'est toujours lui qui sait où aller, le moindre parcelle d'action c'est toujours lui qui mène ...
Il y a bien des héroines mais elles ne seront pas lues par des garçons donc ... c'est pas commercialisé pareil.
Il y a toujours un déséquilibre, c'est voulu ... toujours un peu moins de filles, pour bien nous mettre à notre place. Ou bien comme par hasard le garçon se trouve être le grand frère, donc il mène bien sûr ... tout est fait pour nous garder en dépendance.

Je suis stupéfaite qu'il existe encore des femmes aventurières après ce lavage de cerveau. Au fait Samantha Davis est 4e en ce moment, du vendée globe !!! mais on entend jamais parler d'elle hein ... on parlera + des mecs qui dématent ou abandonnent ... elle que dalle ! faut que je fasse une note dessus, ils sont en train de se dire qu'elle pourrait bien gagner après tout ... quoiqu'elle soit en "net ralentissement" ce jour je crois (je suis pas spécialement mais sur mon blog j'ai mis le blog de la course de Samantha dans mes préfs, ... elle navigue sur Roxy, une belle marque de sport)

"Michel Desjoyaux accentue son avance en tête du Vendée Globe et devance Roland Jourdain, second, et Armel Le Cléac’h, troisième. De son côté l’anglaise Samantha Davis pointe à la quatrième place et ne cesse de surprendre dans la course. Quoi qu’il arrive elle reste toujours de bonne humeur."

Alice a dit…

Fofita, en plein dans le mille avec les fantasmes masculins.
J'ai lu que le personnage de Tomb Raider va être physiquement modifié pour que les femmes s'y reconnaissent et achètent le jeu. Conclusion: le personnage féminin héroïque n'était bien que l'objet de désir d'un public exclusivement masculin.
Ce qui me fait dire que les hommes ont un double modèle: les héros masculins, conçus pour les hommes et les femmes (quel petit garçon ne s'est pas identifié à Zorro?) et des modèles féminins conformes à leur fantasme.
Pour les femme, quels modèles?: des héros masculins auxquels elles ne peuvent s'identifier et des modèles féminins correspondant non pas à leur attentes mais à celles des hommes.

Ann, c'est vrai! J'avais oublié les drôles de dames! Il y a Erin Brokovitch aussi.

Emelire, c'est rageant c'est vrai et si on dit quelque chose: "Mais c'est le grand frère! C'est normal! Si ça avait été le petit frère ça aurait sans doute été différent".
Le problème c'est que les filles ne semblent avoir QUE des grands frères.